La pirateria greca nel Mediterraneo

Garlan Yvon. Signification historique de la piraterie grecque.

In: Dialogues d'histoire ancienne. Vol. 4, 1978. pp. 1-16. doi : 10.3406/dha.1978.2937

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/dha_0755-7256_197...

“…..De profession «libre», la piraterie tend à se transformer en activité réglementée, quand l'État réussit (plus ou moins) à en contrôler l'exercice et même à en faire un instrument de sa politique étrangère. Un premier exemple en est fourni par l'Illyrie aux environs de 225, sous les règnes d'Agron, puis de Teuta ….. Au début du IVe siècle, selon Tite-Live, c'était égal ement une coutume chez les Liparéens d'acquérir du butin sur mer velut publico latrocinio. Dans tous ces cas, on constate donc un lien «structurel» entre la piraterie et l'État : la piraterie y faisait plus ou moins figure d'«institution publique», d'«industrie d'État». Ce n'est sans doute pas un asard si c'est dans ces régions du monde grec, notamment en Crète, que l'on trouve le plus de noms propres formés sur le verbe … qui couvrat…”.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer